Je me souviens

Je me souviens de la devise du Canada.
Je me souviens de ce que je faisais le jour où les tours jumelles du WTC ont explosé.
Je me souviens de mes deux accidents de moto.
Je me souviens de la naissance de mes enfants.
Je me souviens de ma vie avant elle.
Je me souviens de l’odeur du goûter que me préparait mémére en sortant de l’école.
Je me souviens du jour où mémére nous a dit que cette fois il fallait qu’elle se serve d’une canne. Ce jour-là, j’avais six ans, je me suis dit : «  Ca y est, mémére devient vieille ».
Je me souviens de l’odeur du produit désinfectant qu’on utilisait pour nettoyer le nombril de Lucas. Je me souviens que le jour où il est né, je n’ai pas cherché à savoir si c’était un garçon ou une fille. Quelle importance ça avait ?
Je me souviens d’un jour où, adolescent, j’avais bu plus que de raison au mariage d’un de mes cousins. J’ai voulu me rafraîchir le visage, et l’eau qui coulait du robinet de la salle de bains, l’eau du robinet ne coulait pas droit.
Je me souviens du jour où Poupette est partie. Ce jour-là, je ne voulais pas aller à l’école parce que je savais que quand je rentrerais elle serait morte.
Je suis quand même parti à l’école. Quand je suis rentré le soir, elle était déjà enterrée dans le jardin. On n’en a jamais parlé.
Je me souviens que j’aurais bien aimé avoir une sœur. Je me souviens que mes parents m’ont caché que j’en avais eu une.
Je me souviens que je déteste me souvenir.
Je me souviens de l’odeur du ruisseau et de la fraîcheur des pierres.
Je me souviens qu’un jour, mon père s’était fâché contre nous pour je ne sais quelle bêtise que nous avions faite. Alors qu’il était en colère contre nous, il a malgré tout accepté de nous emmener en voiture avec lui pour aller faire une course. Je me souviens que je scrutais la route avec soin parce que j’étais persuadé qu’il voulait nous perdre.
Je me souviens d’un jour où mon père a pleuré.
Je me souviens quand je retrouvais mes deux cousines et qu’on allait jouer dans le foin, là-haut dans la grange. On y accédait par une grande échelle en bois, et ensuite, il fallait se plier en quatre pour passer par le petit soupirail qui donnait accès à la réserve de foin.
Je me souviens du jour où j’ai pleuré en regardant Le vieux fusil. Et je me souviens quand, plus petit encore, j’ai pleuré en regardant Jeux interdits.
Bien sûr, je suis trop jeune pour avoir connu la guerre, mais c’est drôle parce que je me souviendrais presque d’en avoir vécu les drames.
Publicités

A propos tantramant

Connectés à mon coeur, enracinés dans mon ventre, les mots sont le miroir de mon âme. Parfois sensuels, souvent féroces, toujours sincères.
Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Je me souviens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s