Rendre gorge, acte I

Lui : Comment êtes-vous avec l’idée qu’une fois la porte de mon appartement refermée sur vous, vous n’aurez plus votre mot à dire ? Et ne soyez pas gentille, soyez vraie. Je n’ai que faire de la gentillesse, je carbure à l’authenticité.
Elle :  Ah… je ne savais pas que je n’aurais pas le droit à la parole…
Lui : Oh vous pourrez parler, bien sûr, quand je vous en aurai donné l’autorisation. Mais l’idée c’est que nous pourrions faire comme si une fois dans mon intérieur, vous m’apparteniez. Votre liberté si chèrement acquise, vous me l’offrirez, votre indépendance, mais également toutes vos croyances sur vous-même, toutes vos certitudes, tous vos acquis, vous les déposerez à l’entrée de mon antre en même temps que tous vos principes. Pour les retrouver une fois sortie.
Elle Comment ça ?
Lui : Une fois chez moi, vous serez dépouillée de tout ce que vous êtes. Et je ne parle pas que de vos vêtements, madame. Vous n’aurez plus de volonté propre. Etes-vous prête à ça ? Il n’est pas nécessaire de sauter à l’élastique depuis le haut d’un pont en Dordogne pour en vivre les sensations, vous savez.
Elle : Si je dois vous appartenir pour cette soirée, vous le sentirez et je n’aurai effectivement pas besoin de vous donner mon accord…. Je ne doute pas, curieux comme vous l’êtes, que vous prendrez quelques conseils auprès de Valérie.
Lui : Ah tiens, j
e n’y avais pas songé une seule seconde. Mais puisque vous m’en parlez…  Y a-t-il des choses que je devrais savoir vous concernant ?
Elle : Rien que vous ne sauriez découvrir par vous-même.
Lui :  
J‘ai bien envie de vous faire perdre la tête, madame. Et si en partant de chez moi vous avez des étoiles dans les yeux, alors je serai le plus heureux des hommes.
Elle : Si en partant de chez vous, j’ai envie de vous revoir, vous aurez tout gagné.
Lui : Il y a dans le son de votre voix des accents d’effronterie et ce soupçon de provocation qui ne peuvent que titiller mes intentions les plus sauvages. Vous avez du répondant et de l’impertinence, c’est évident. Croyez bien que je ferai tout ce qui sera en mon pouvoir pour vous donner envie de vite revenir, animée des meilleures et des plus lubriques intentions.
Vite, la suite

Publicités

A propos tantramant

Connectés à mon coeur, enracinés dans mon ventre, les mots sont le miroir de mon âme. Parfois sensuels, souvent féroces, toujours sincères.
Cet article, publié dans Erotisme, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s