Les lendemains ne chanteront pas

13631611_1104565272922523_524522483047540738_n

Pratiquement un an et demi que je n’ai pas publié une seule ligne sur ce blog qui m’a pourtant fait connaître de bien belles joies d’écriture.
Je n’arrive plus à dire les choses et encore moins à les écrire.
Ca n’est pas faute d’avoir vécu des rencontres que, sans lui manquer de respect, le commun des mortels ne vivra sans doute jamais.
Le constat est accablant : je suis littérairement parlant sec comme un coup de trique.
Amoureusement parlant, je réalise aussi, avec douleur, que je me suis longtemps cru meilleur que les autres.
Je contemple aujourd’hui à quel point j’ai été prétentieux de le croire.
Depuis cette fracture dans ma vie, il y a 15 ans, je me suis choisi un mode de vie qui me tiendrait loin de toute exclusivité et, surtout, de tout engagement.
Je clamais à qui voulait l’entendre que le modèle du couple monogame et exclusif n’était pas le seul modèle valable. Qu’il y avait d’autres façons d’être en couple et que j’entendais bien les découvrir.
Je fais aujourd’hui le constat que ce mode de vie, à l’évidence, a fait autant de mal à celles qui m’approchaient qu’à moi. J’ai cru célébrer l’amour, celui qu’elles me portaient comme celui que je leur offrais, je n’ai fait que le malmener, le bafouer, lui marcher sur la tronche.
J’ai longtemps cru agir au nom de l’amour. Et si, en réalité ça n’était rien d’autre que l’expression d’une pathologie ?

A toutes celles qui ont souffert à cause de ou par moi, quelle qu’en soit la raison, je présente mes excuses. Je vous dirais bien que j’ai fait de mon mieux, mais, hélas, j’en doute.

En créant ce blog, j’ai pris l’engagement avec moi-même d’être vrai, sincère, authentique, bien aidé, il est vrai, par l’anonymat de la Toile.
Etre vrai plutôt que se contenter de faire joli, ou moralement acceptable.
Oser être moi sans craindre d’être jugé.
He bien aujourd’hui, pas d’histoire érotique, pas d’aventure masquée, de trio endiablé ou de conte amoureux. Mon vrai morceau d’authentique à moi ce sont ces mots, ceux d’un homme au cœur en morceaux, et qui l’a bien cherché, mais c’est la condition même de l’existence.  Je n’ai jamais fait le deuil de l’amour. J’ai voulu ma part du gâteau, la vie, sans aucun doute possible, c’était fromage ET dessert. Une fois de plus il s’est présenté dans ma vie. Une fois de plus il s’en est allé. Une fois de plus.
J’ai joué le jeu des costumes, des rôles et des masques, j’y ai pris un plaisir infini, et je pense avoir partagé ces délices avec beaucoup d’intensité, de joie, de pétillance. J’ai avancé le cœur grand ouvert, offrant aux femmes que j’intriguais, aux kamikazes de l’amour, si belles, des espaces où elles étaient malmenées avec bienveillance. Des espaces d’initiations, de découvertes où elles se révélaient à elles-mêmes. Certaines ont découvert une sexualité aussi tendre que féroce, légère et rugueuse, puissante et douce. Je leur ai offert des grands frissons, des sensations, des shoots émotionnels, des tours de manège grandeur nature en toute sécurité, le meilleur de moi-même. Mais tout ça avait un prix. Je le paye aujourd’hui.
Pour la première fois peut-être de ma vie, j’ai peur de ce que demain sera fait.
C’est, paraît-il, à mon risque de peine que je connais ma joie.
Pour l’heure, je ne suis que cette peine qui me remplit à mesure que je suis obligé de me vider d’Elle.

Publicités

A propos tantramant

Connectés à mon coeur, enracinés dans mon ventre, les mots sont le miroir de mon âme. Parfois sensuels, souvent féroces, toujours sincères.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les lendemains ne chanteront pas

  1. Fiefféeclochette dit :

    Peut-être…
    Peut-être que ce n’est pas si noir, peut-être que certaines de celles qui se sont approchées ne l’ont pas fait à la manière de papillons de nuit s’approchant de la lumière.
    Peut-être qu’elles ne s’y sont pas brûlé.
    Chacun fait les choses en conscience et comble ses vides à sa manière.
    Peut-être qu’un jour a nouveau tu verras briller le bon qu’il y avait à vivre tout cela, comme une étape de ton chemin.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s